Freezy au pays des volcans (suite)

Freezy qui tombait de fatigue en a profité pour fermer les yeux et faire une petite sieste. il commençait à réver de ces fameux volcans et de ce feu liquide, qu’il était pressé de voir pour raconter à ses amis.

Une fois son dîner « spécial légumes » avalé (parce qu’il adorait les légumes et particulièrement les carottes et les choux.) le commandant de bord prit le micro et il informa tous les passagers que l’avion allait arriver bientôt à la Réunion et qu’il fallait se préparer pour l’atterrissage. N’ayant jamais pris l’avion c’était également son premier atterrissage. Il se remit à trembler mais s’est vite arrêté lorsque l’hôtesse le rassura en lui attachant sa ceinture et en lui disant que c’était tout à fait normal et que c’était même, selon elle, l’instant le plus rigolo du vol.
Freezy se détendit et sentit le géant des airs descendre petit à petit jusqu’à ce que le mouton aperçoive pour la première fois cette belle île ensoleillée aux volcans.
L’avion se posa sur la piste de l’aéroport Roland Garros. Freezy avait même l’impression que l’avion allait se poser sur la plage car la mer était à quelques mètres de la piste. Il était émerveillé de par le paysage qui s’offrait à lui mais aussi de l’atterrissage qui s’était effectué en douceur. Il avait eu l’impression d’atterrir sur de la moquette et il se mît même à rire car cela lui faisait des chatouilles dans le ventre.
Il sortit de l’avion avec le sourire et en remerciant l’équipage qui s’était très bien occupé de lui. En effet c’est plutôt rare de voir un mouton prendre l’avion.
Il était arrivé ça y est, son aventure commençait!
Comme premier accueil la chaleur lui caressait sa laine noire. C’était très agréable. Il mit ses petites lunettes de soleil et surtout son chapeau pour éviter que le soleil ne lui fasse tourner la tête.
il cherchait le volcan en levant la tête… il vit d’abord des cocotiers il n’en avait jamais aperçu mais surtout il vit des montagnes entourées de nuages gris mais pas le volcan qui crache du feu liquide. Il était très étonné car la ou il était il faisait beau et dans les montagnes il faisait gris. Un passant s’approcha de lui en disant « Ôté Comen i lé? » Mais le mouton ne comprenait pas. Le passant sourit et lui disait: »bonjour ici on m’appelle Ti ´Jean! Vous êtes nouveau sur l’île? Vous cherchez votre chemin? »
« Oh bonjour! Oui je viens d’arriver avec le gros avion qui est là-bas et je suis venu ici pour voir le volcan qui lance du feu liquide »
« Ah bon? Ça tombe bien car je dois m’y rendre aujourd’hui pour faire des photos car j’adore les volcans. Je vous emmène? » dit le passant.
« Ce serait avec plaisir! Si ça ne vous dérange pas! »
Ti ´Jean et Freezy partirent vers le volcan avec le soleil, un joli ciel bleu et la chaleur comme partenaires de route.
Sur la route vers le volcan, Freezy, voyait sur les arbres des petites boules rouges, que l’on appelle des litchis. Il y en avait beaucoup. Freezy adorait les légumes et les fruits et s’empressa d’acheter une branche à un stand au bord de la route. Il y avait des litchis, mais aussi des mangues de toute sorte, des longanis (qui sont des cousins du litchi), des ananas, des goyaves et des bibasses (des petits fruits jaunes un peu acides). Il voulait tout gouter, d’ailleurs c’est ce qu’il a fait! Il prit un sac de chacun des fruits. Il se régalait, il n’avait pas de fruits aussi bons chez lui. vu que le soir allait se présenter, Ti’Jean proposa de s’arrêter dans une auberge pour y passer la nuit. Quand ils entrèrent une odeur délicieuse chatouillait les naseaux de notre mouton voyageur. Il y avait plusieurs plats. Un Carri poulet, un rougail saucisse, des bichiques, des achards de légumes, et encore d’autres plats venaient accompagner ce festin. Pour finir de manger, un bon gateau patate. Tous les clients et hotes se rassemblèrent autour de la table avec une guitare et un kayembe (c’est un instrument de musique en bois, avec des « petites billes » à l’intérieur). Ils chanteèrent et dansèrent le maloya et le sega. Jamais a la Réunion, ils avaient vu un mouton danser aussi bien et s’amuser autant.
Après avoir bien mangé, bien chanté et bien dansé, il est l’heure pour notre héros en laine de se reposer, pour profiter le lendemain des paysages et saveurs de l’ile.

Suite au reveil de notre mouton!