le « Story Shipping » en quelques mots…

Comme son nom l’indique il s’agit de vous livrer des histoires SUR MESURE à raconter à vos ENFANTS!

Le concept reste très simple. Vous êtes au fond de votre canapé, ou assis(e) sur un siege de RER, de metro ou de bus, et vous m’envoyez votre demande.

Avez-vous déjà créer votre propre pizza? Très bien, ici pas de pepperoni, simplement des personnages (des ninjas en chausson, par exemple), ou bien des lieux ou encore une morale à intégrer. 

En quelques étapes:

– Je réfléchis à votre place!

– Je m’adapte aux passions de vos enfants et j’en fais des contes!

– Je peux inclure une morale (ou pas) à l’histoire.

– Imaginez-vous,  votre enfant est encore un peu agité, il faut le calmer. Vous faites appel à moi, je vous envoie une histoire créée de toute pièce et je fais voyager votre enfant dans son propre monde! Captivé et en attente de la prochaine histoire, une première partie de son rêve a déjà commencé, il suffit du petit bisou de Bonne nuit et vous n’avez qu’à éteindre la lumière et profiter de votre soirée.

 

Plutôt intéressant non?

Confiez-moi vos ingrédients, ne vous inquiétez pas: J’ai la recette!

Histoire livrée entre 24 et 48 heures.

 

Essayez-le, vous verrez bien!

 

Je précise: c’est TOTALEMENT GRATUIT!

Ca ne vous engage en rien 😉

Si vous le souhaitez, vous pouvez soutenir l’auteur via un don Paypal!


Copyright déposé sur site, logos et concept. Reproduction interdite même partielle.

Je ne suis pas le héros de cette histoire (2eme Partie et Fin)

Je ne comprenais pas pourquoi il avait l’air si grave. Qu’est-ce qui se passe? il a abîmé la voiture? Il a eu un problème à son travail? Mais de la à dire que « notre vie va changer ».. ça me paraissait un peu exagéré… jusqu’à ce qu’il dise de m’asseoir.

« Tu me laisses parler, ne m’interrompt pas.. » dis mon père les larmes aux yeux.

« Ecoute euh,.. saches que dans la vie, les hommes aussi peuvent être faibles et pleurer. C’est un mythe tu m’entends? c’est un mythe… Parfois un homme peut etre faible. Oui faible est bien le bon mot je pense. Un homme aussi fait des erreurs, parfois elles sont irréparables.

Il y a quelques mois j’ai fait une erreur, j’ai bu, j’étais sous l’emprise de l’alcool et de la drogue. J’ai pris le volant pour rentrer à la maison. J’ai heurté une personne mon fils. J’ai blessé quelqu’un et je me suis enfui. Je me sens fragile car j’ai modifié la vie d’un être humain. J’ai failli enlever le souffle à un père de famille, mon fils. J’ai fait une connerie.. » disait mon père sanglotant.

Il continua: « D’ailleurs tu sais un beau jour, tu payes tes conneries. Tu passes à la caisse comme on dit. J’ai abusé de l’alcool et de la drogue trop souvent. j’ai couché à droite à gauche, en me disant que la vie ça devait être ça. du sexe de l’alcool et de la drogue. Aujourd’hui, je me rends compte aussi que je t’ai laissé seul trop souvent… sans repère. Je m’en excuse. Avant qu’il ne soit trop tard je voudrais que l’on profite des vrais bons moments. Rien que tous les deux. Entre hommes. J’ai été absent mon fils.. malheureusement, un jour je t’abandonnerai, je ne sais pas encore quand… la récréation est terminée. »
Par ces mots si lourds de sens, j’écoutais et je voyais mon père, se dissoudre à petit feu. Je voyais un agneau, un enfant qui devant une bêtise, vient demander pardon. Je voyais un homme fragile qui attendait son heure. Je comprenais que le SIDA venait de se réveiller et qu’il commençait à prendre place dans le corps de mon père.
Visiblement il voulait rattraper le temps, mais il avait déjà pris de l’avance. Nous sommes allés au bout du monde, et fait plusieurs voyages. Mais plus je retrouvais mon père comme complice, plus je le voyais se détériorer. Son corps commençait à lâcher petit à petit. Il avait beaucoup maigri, avec un visage plus que creusé.
« Voici mon fils .. le résultat d’un excès de vie, d’un excès de conneries, et surtout.. surtout d’un manque de responsabilités.. » disait mon père en toussant.
C’était un après-midi d’automne, de Novembre, il faisait froid et gris, cela faisait plusieurs jours que je n’avais pas vu le soleil. Il faisait sombre, comme si l’âme de mon père était prête à partir. Il est parti en me regardant droit dans les yeux comme s’il me demandait pardon une dernière fois.
Son enterrement fut très simple avec très peu de monde. Il avait de base beaucoup d’amis. Mais pas assez véritables pour lui dire au revoir une dernière fois.
Je déposais un cactus sur sa tombe chaque 28 Novembre, il me disait que ce petit arbre le faisait rire. Il me disait qu’un homme devait avoir un caractère de cactus. Il devait être assez visible pour exister mais piquant pour se protéger. Un cactus aussi pour se rappeler qu’il aimait les cowboys et les paysages désertiques. Il avait encore une âme d’enfant qui n’avait jamais vraiment grandi. Je pense que je suis arrivé dans la vie d’un grand enfant qui n’était pas prêt à devenir adulte. Il fuyait la vie et sa vérité par le biais de ses excès. Il refusait de voir que SA propre vie avait changé.
Toujours est-il que j’avais 19 ans, et j’étais devenu désormais orphelin. En peu de temps j’ai perdu une maman par délégation.. et mon papa.
Tu vois mon fils, la vie n’est pas aussi simple et n’est pas toujours toute belle.
J’ai tout fait dans la vie pour être raisonnable tout en profitant de la vie. J’ai rencontré ta mère un beau matin et depuis je ne peux que sourire en voyant m’annoncer qu’elle était enceinte et qu’on allait bientôt devenir trois. A partir de ce moment, de cette annonce, je me suis promis d’être un père modèle. Pas comme le mien qui buvait et se droguait. j’espère que je serai à la hauteur. En voyant le ventre de ta mère pousser, j’imagine te voir t’émerveiller devant un beau ciel bleu, de t’amuser avec les vagues au bord de la mer. J’imagine ton premier bobo, ton premier chagrin, ta première dent qui tombe, j’imagine ta première amoureuse à l’école, tes premiers exploits, et tes premières déceptions. J’imagine retrouver dans ton regard, l’épanouissement d’un enfant qui va croquer la vie à pleine dent. N’aie pas peur de vivre surtout. La vie tu verras c’est comme un bonus dans un jeu video, il faut prendre un maximum de choses. Un jour, quand tu seras vieux, tu pourras t’asseoir et tu pourras revivre le film de ta vie.  Je ne serai certainement plus là pour te tenir la main et te sourire. Cependant je t’accompagnerai tout au long de ta vie. Si un jour tu te sens seul, je ne serai jamais vraiment loin. Je serai dans le sourire de ta mère. Regarde toi dans le miroir et ris, car nous avons la même expression de joie.
Va mon fils, va conquérir ton monde. Suis tes idées et tes instincts. Quoiqu’il arrive, dans la vie on a toujours une seconde chance. On a le droit de se tromper aussi. Comme le disait mon père un peu trop tard, un homme pleure, peut être triste, peut être faible aussi. Ce n’est pas tant sur ça qu’il faudra se dire si tu es un homme ou pas.. c’est surtout sur la capacité à te relever.
Les grands de ce monde sont toujours tombés et se sont relevés encore plus forts.
Regarde le monde toujours avec tes yeux d’enfant pour continuer à t’émerveiller, à te surprendre. Regarde les gens qui t’entourent, peu importe leur comportement, derrière chacun d’eux il y a une histoire, des blessures et, des peines.
Ne juge pas trop vite les comportements de ta maman aussi. Elle t’a porté pendant 9 mois, elle a souffert pour que tu puisses venir au monde, elle a vécu des drames et des joies.
Si tu fais des bêtises, ne t’étonnes pas qu’elle soit en colère. Pardonne-la lorsqu’elle te décevra et t’énervera. Tu sais, c’est pas si simple la vie de parents. J’espère qu’un jour tu connaîtras ce que je vis en te regardant chaque matin.
Je t’en prie fais moi une promesse, profite de la vie mais freine-la quand tu vois qu’elle te fait déconner. Ne te mets pas en difficulté. Sois fier de ce tu fais surtout. et entoure-toi d’une femme aimante comme ta mère l’a été avec moi.
J’ai pas toujours été très sympa avec ta mère d’ailleurs. Elle m’a toujours aidé et aimé. Elle prenait beaucoup de choses sur elle. Elle faisait tout pour que je sois heureux.

Toute ma vie j’ai eu le rôle d’un être solitaire, sans attache et sans repères. Je n’ai jamais vraiment réussi à me faire beaucoup d’amis. Mais c’est aussi parce que je n’étais pas prêt à me sacrifier pour quelqu’un d’autre. Jusqu’à ce qu’elle entre dans ma vie. Je le répète, ta maman a été mon ange, ma vie, et elle m’a offert le plus beau des rôles, celui d’être papa. D’autant plus le tien. J’ai enfin trouvé le héros de mon histoire.

 Si tu as un doute, je te le dis, et par écrit, que chaque matin, je me réveillais en me disant que je ne te décevrais pas. Je te regardais dormir, en te voyant vivre ton sommeil et parfois en affrontant tes petits cauchemars. Saches que je te regardais chaque matin avant de partir travailler en me disant que tu étais la raison pour laquelle je me battais dans la vie. Je voulais que tu sois fier de moi.

Aujourd’hui mon amour, mon fils, la vie en a décidé autrement. J’aurais voulu t’expliquer pourquoi la liberté de penser, est une force mais une arme fatale en même temps. Les idées et les actes des uns font parfois des orphelins chez les autres. Je n’aurais pas du me trouver dans ce magasin, je n’aurais pas du quitter le travail avant. Les balles de cette arme se sont emparées de moi, me perforant le corps à trois endroits mais ne t’inquiète pas.. je n’ai pas souffert.

Sur ma tombe, tu pourras y laisser ce que tu veux. Tant que ça te fait plaisir, j’en prendrai soin. N’aie pas peur de venir me voir. Je ne suis pas forcément sous cette grande pierre hein. Je serai là où tu voudras que je sois. A l’autre bout du monde comme au dessus de ton lit, je ne serai jamais vraiment loin. Parle moi d’où tu veux, je t’écouterai. Fais gaffe aux signes que je t’enverrai. Ça prouvera que je te réponds. Même si comme moi tu penses ne pas avoir d’ami, je le serai et je te tiendrai la main. Avance dans la vie, fils. Avance pour nous. Ne m’en veux pas si tu crois que je t’oublie car ce n’est pas le cas. Prends soin de ta maman, peu importe ce qu’il se passera, elle t’aidera à te relever, et à porter tes idées, tes joies et tes peines.

Normalement à la fin des histoires, du moins en général, le héros gagne et tout le monde se porte bien. Dans celle-ci, je dirai que ce n’est pas exactement le cas, car je ne suis pas le héros de cette histoire.

Papa.. Out.

FIN

Je ne suis pas le héros de cette histoire (1ere Partie)

C’était à la gare, oui c’était à la gare, la première fois que je l’ai vue. J’attendais mon train pour Lyon, je devais participer à un séminaire pour je ne sais plus trop quoi. Bref, là n’est pas la question.

J’entendais des bruits de halls de gare, tu verras, des freins de trains, des annonces, des gens qui s’agitent, lorsque le monde, mon monde s’arrêta. Elle avait son bonnet blanc et sa chevelure blonde et bouclée dépassait. Elle portait un manteau noir, des bottes marrons, elle cherchait visiblement le quai de son train. J’ai fait abstraction, sans le vouloir, de tout ce qu’il y avait autour, je ne voyais qu’elle, juste.. elle. Je suis allé lui parler, tu vas voir tu connaitras ça aussi. Ca parait simple comme ça, mais dans la vraie vie, il en faudra une sacré paire pour se lancer.. tu verras la paire, logiquement, tu l’auras. Je me suis avancé vers elle, mais ne me voyait pas arriver. Elle avait la tête sur les panneaux d’affichage, complètement perdue.

« Est-ce que je peux vous aider, depuis tout à l’heure, je vous regarde en cherchant désespérément quelque chose.. » dis-je d’un air amusé.

« Je cherche mon train qui va sur Bayonne. » d’un air désappointé.

« Ah.. c’est fâcheux, d’autant plus que ce n’est pas la bonne gare. Vous devriez prendre un taxi pour vous y rendre, c’est à Paris Montparnasse. Je peux vous aider si vous le souhaitez. »

« Et putain de merde de bordel de bite ! » cria-t-elle.

Je n’ai pas voulu rire, mais c’est bien la première fois que je voyais une femme aussi jolie, jurer comme un pirate. Mon sourire ne pouvait pas s’empêcher d’apparaitre.

« Quoi ? Ça vous amuse ? » rétorqua-t-elle, en me lançant un regard noir de ses yeux bleus-gris.

« Ah non pas du tout Madame, mais je me disais, que je pouvais vous indiquer comment y aller sinon.. » Dis-je d’un air plus sérieux.

Je l’accompagnais, vers la sortie de la gare où se trouvaient la bouche de métro et la station de taxi, lui laissant le choix du transport. J’étais même prêt à lui payer la course. Va savoir pourquoi, elle m’attirait. Je la voyais souffler, marmonner, jurer avec une mine renfrognée. Je ne sais pas, mais elle m’avait fait forte impression.

La saluant, je la quittais pour aller prendre mon train. Je me rappelle que je lui avais ramassé son écharpe qu’elle avait faite tomber, je l’avais gardé à la main et j’ai complètement oublié de lui rendre. Je n’avais ni son nom ni son prénom. Autant te dire que pour la retrouver ça allait être très difficile… mais vu que tu es là tu t’imagines bien que bon. Donc me voilà déboussolé par cette femme qui est maintenant ta mère.

 

Tu sais mon fils, j’ai eu de la chance de rencontrer ta mère, elle m’a beaucoup apporté dans la vie. Elle a réussi à me remettre sur de bons rails. Oui parce que.. je n’ai pas toujours eu des bonnes réactions par le passé.

Je vais un peu t’expliquer ce que j’étais et ce que j’ai fui.

J’étais, comment dire.. pas forcément aidé par la nature. J’étais petit pas toujours très bien habillé, pas très à la mode. J’avais tendance aussi à me familiariser avec le frigo. Je passais mon temps à manger. Je ne pensais qu’à une chose c’était devenir joueur de football. Je voyais leur vie et elle me paraissait tellement cool. Des voitures, des femmes et jouer au foot devant des millions de personnes. C’était assez contradictoire quand même. A la limite de la boulimie, je passais mon temps à manger en regardant des matchs. Je m’imaginais cette vie. Et pourtant tu verras que je ne suis pas passé loin, mais je t’expliquerai plus tard.

Bref, j’étais tout simplement à l’opposé de mon rêve. J’ai eu une petite chance, c’est d’avoir un minimum de jugeote. J’étais plutôt bon à l’école. Mais la seule chose qui me manquait je pense, c’est la notoriété. Tout comme la reconnaissance, je manquais d’existence aux yeux d’autrui et cela m’a beaucoup renfermé sur moi-même. Je n’avais que très peu d’amis et aucune, mais aucune petite copine. Je voyais mes potes embrasser les leurs devant moi, et je faisais mine de regarder ailleurs. J’étais prêt à embrasser n’importe qui. Même la plus moche de l’école. J’étais prêt !Je voulais faire comme eux ! Personne ne voulait de moi, parce que je n’étais pas LE beau gosse. Mais un jour si tu passes par-là ça changera. Je te le promets.

C’est marrant de me dire que tu es devant moi, et je te regarde dormir.. Je me demande bien ce que tu deviendras quand tu seras plus grand. Mais avant tout j’espère que tu seras heureux.

Bref, tu te feras ton opinion sur les choses, je l’espère du moins. Mais comme je te l’expliquais je n’avais pas forcément la vie rêvée. Je partais de loin on va dire. Pas forcément beaucoup de points positifs. Mais bon je t’écris donc c’est déjà ça !

Je vivais seul avec mon Papa qui travaillait tout le temps, il était souvent en déplacement et il me laissait à la voisine, qui était devenue pour moi,Tata Caribou, parce qu’elle aimait faire le bruit de cet animal pour me faire rire.. Mon père revenait à la maison aux bras de femmes, toutes différentes à chaque fois. Des blondes, des brunes.. Quand j’étais petit je pensais à chaque fois que c’était ma maman. Mais non pas du tout, juste une femme qui voulait profiter de l’argent de mon père. A Noël il était sur son ordinateur pour le travail, il me mettait devant les dessins animés et venait me faire un bisou pour me souhaiter un joyeux Noel. Il me donnait mon cadeau et repartait sur sa chaise derrière son écran.

Moi qui attendais le Père Noël au bord de la cheminée, en regardant dedans, pensant qu’il s’était coincé à l’intérieur. La magie s’était effacée, ce jour-là.  Quand je discutais avec mes copains d’école, enfin Arthur, parce qu’il était le seul, on se racontait ce qu’on avait fait pendant les vacances. Il était allé au ski, il a fait du chien de traineau, il a bu des tonnes de chocolats chauds, il avait l’air d’avoir passé des supers vacances. Pour ma part, j’étais un peu plus évasif. Parfois même je mentais. Je disais que j’étais allé au bord de la mer au Canada pour m’y baigner, le seul truc c’est qu’au bout d’un moment mes mensonges commençaient à se voir. Bah tu comprends se baigner en plein hiver au Canada.. pour un enfant c’est pas spécialement conseillé. Mais je mentais parce que j’avais honte, j’étais gêné de ne pas pouvoir faire ce que je voulais. J’en voulais à mon père chaque rentrée des classes, en hiver et en Septembre, parce que je ne partais pas. Je grandissais et j’endossais le rôle de victime, d’incompris, et surtout de frustré.

Mes notes à l’école m’ont permis d’aller dans un collège plus huppé. Mais je perdais mon ami Arthur. Mon père s’était fâché avec ma voisine parce qu’un soir il était rentré complètement saoul du travail et avait tenté de l’embrasser. La police était arrivée et j’entendais crier sur le palier. C’est à partir de ce jour que Tata Caribou a arrêté de me garder, après 10 ans de service et tout ca gratuitement, parce qu’elle me considérait comme un fils. Pour la première fois, je savais ce que ca voulait dire d’avoir une maman. C’est doux, ça fait rire, parfois ca gronde, mais ca aime énormément. Des fois je sortais en douce, j’allais frapper à sa porte et je partais la serrer dans mes bras. Elle pleurait à chaque fois qu’elle me voyait.

Un beau matin je partais pour le collège et je vis sur la pallier la porte de ma Tata s’entrouvrir. C’était elle, elle me souhaitait une bonne journée et m’envoyait un bisou. Je partais en souriant. C’est vrai que de temps en temps elle faisait ça. Parfois même elle me tendait un sac de bonbons et un pain au chocolat, parce qu’elle savait les faire. Ils étaient tout chaud car ils sortaient du four. Avant, quand j’étais chez elle, on en faisait pour le gouter, ou bien pour le petit déjeuner du lendemain. On partageait beaucoup de choses. Elle m’avait appris à faire les pâtes à la bolognaise, les gratins dauphinois, et on avait même crée une recette qu’on avait appelé le « plat fou » parce qu’on mettait tout ce qu’on trouvait.. des pates avec des haricots blancs, du riz avec des frites et du fromage.. Ca nous amusait, et pour ne pas gâcher on mangeait tout !

Cette Tata avait tout pour elle, mais n’avait eu ni mari ni enfants. Elle avait un chien qu’elle avait nommé Boutchou, c’était un gros berger allemand, mais qui était toujours à faire des léchouilles et des câlins. Elle vivait seule dans un appartement très coloré où chaque pièce avait sa  propre couleur. Elle disait que « chaque pièce a sa couleur car chaque pièce est différente et chaque pièce a sa propre âme.. Chaque pièce procure à sa manière un bien-être. » Son canapé ressemblait à un nuage, elle disait que c’est l’endroit de la maison où elle aime se confiner car elle se sentait protégée, et son canapé était tellement doux et moelleux qu’elle disait que de « s’asseoir dedans pouvait réconforter tous les bobos ».

C’était une femme exceptionnel et avec un grand cœur. De temps en temps, même si elle n’était pas riche, elle faisait cuire des œufs et du riz et allait donner ça, aux personnes qui avaient faim dans la rue. Des gens qui n’avaient plus de toit. « Ces gens ne sont pas riches, parce qu’ils n’ont pas de toit.. et n’ont pas de toi. » Je ne comprenais pas cette nuance parce qu’elle pleurait en disant cette phrase et en me regardant.  Elle m’aimait comme son fils, et moi comme une mère que je n’ai jamais eue.

Alors que je revenais du collège, j’entendais depuis le bas de la cage d’escalier des voix graves et du mouvement. Je montais rejoindre mon appartement et je croisais des pompiers redescendre. Je me demandais bien ce qu’un camion de pompiers pouvait bien faire au bas de mon immeuble. Je remontais d’étage en étage et sur la pallier, les pompiers sortaient de l’appartement de Tata.. Quelques voisins s’étaient attroupés devant, par curiosité pour la plupart. Je voyais alors sortir deux pompiers portant un brancard et dessus un corps enveloppé jusqu’à la tête. Mme Martinez la voisine du dessus me disait « Elle est partie, Jeanne, elle est partie.. Son cœur s’est arrêté d’un coup d’un seul.. la pauvre dame. ». C’est alors que pour la première fois, je faisais face à la mort et à sa douleur. J’ai pleuré, tellement pleuré pour elle. Son chien en faisait de même d’ailleurs. Je le retrouvais devant la porte de notre appartement, il couinait. Il avait perdu sa maitresse et son amie. Il n’avait plus personne et surtout il avait très faim. Je le cachais chez moi, je lui donnais à manger, je m’occupais de lui. Mon père n’y voyait que du feu.  J’allais même le promener pour qu’il puisse faire ses besoins et pour qu’il arrête aussi de faire pipi sur les chaussettes de mon père. Ce qui provoquait, bien entendu, son étonnement le matin en s’habillant.

 

Un soir, mon père revenait de voyage, dans je ne sais plus quel pays, et avait la mine triste, des cernes comme des sacs de gravats et il n’était pas rasé non plus. Il vint me voir et d’une voix grave me dit « Mon fils, notre vie va changer.. »

Aujourd’hui il fait chaud!

Alors que notre mouton dormait encore, le soleil entrait peu à peu dans sa chambre en amenant avec lui une chaleur qui devenait de plus en plus importante. Il ouvrit un œil, puis l’autre. Il se mit debout, ouvrit la porte de sa chambre et alla prendre son petit déjeuner. Il faisait très chaud dans sa maison, tellement chaud que lorsqu’il versa son lait pour faire son chocolat chaud matinal, le lait passait de frais à bouillant. Il transpirait à grosses gouttes.

« Mais que faire avec cette chaleur ? il faut que j’arrive à trouver un peu de fraicheur il faut que je puisse me rafraichir » dit le mouton.

Il prit une douche legerement plus fraiche que d’habitude et ca lui faisait un grand bien. Il n’avait meme pas besoin de secher sa laine, car la chaleur s’en chargeait pour lui. A peine descendu de la douche qu’il était déjà tout sec. Pratique ! Sauf qu’il recommençait à transpirer.

Il alluma la radio pour prendre des nouvelles du monde des animaux. A la Une, une girafe faisait le tour du monde en roller, un perroquet chantait du fado (Musique portugaise) et se produisait en concert, un chien qui dansait la samba sur la plage en maillot de bain et enfin, cette alerte canicule..

« Mais qu’est-ce que c’est la canicule ? » se demandait le mouton. Son émission de radio préféré expliquait ce qu’était la canicule, c’est lorsque la température atteint un niveau beaucoup trop haut pour la saison, et que cela pouvait être dangereux et qu’il fallait privilégier la fin de journée.

Tant pis, il prit son ballon et alla jouer au parc pour retrouver ses amis.

Arrivé au parc, il n’y avait personne, juste le soleil comme compagnon et surtout cette chaleur étouffante. Il attendait, attendait et toujours personne a l’horizon. Il joua avec son ballon, mais se sentit mal, il tomba à la renverse, il transpirait a grosse goutte, sa peau était brulante. Le facteur-taupe qui passait par là pour distribuer le courrier vit notre mouton en détresse.

« Freezy ! Attention tu ne devrais pas rester sous le soleil, tu n’as pas bu d’eau ? » dit la taupe

« Ah non je n’avais pas soif » dit Freezy

« Il faut absolument boire de l’eau régulièrement quand il fait très chaud, rester au frais et éviter de faire trop d’efforts. Et même quand le soleil sera moins fort, il faudra quand même penser à mettre de la crème solaire, pour éviter les coups de soleil. Je te conseille de rentrer chez toi, te mettre à l’ombre et au frais. », insista la taupe

« Tu as raison. C’est plus raisonnable. », affirma le mouton, qui s’était remis debout.

Notre mouton prit son ballon et rentra chez lui. Il ferma tous les volets, et bu un grand verre d’eau. Il ralluma la radio et entendit : « Surtout n’attendez pas d’avoir soif pour boire de l’eau. C’est primordial ! Buvez environ deux verres d’eau le matin, le midi et le soir au minimum, n’en buvez pas trop pour ne pas avoir mal a l’estomac, mais assez pour vous sentir en forme. Le soleil est très gentil mais il nous pique un peu d’eau dans notre corps a chaque fois qu’il passe.  »

Aussi sec, il reprit un verre d’eau, reprit une douche un peu fraiche et se mit sur une chaise à table. Il en profita pour terminer les dessins qu’il avait commencés.

Une fois le soleil moins fort, il entendit son ami Jojo la chèvre, frapper à sa porte.

« Freezy, le soleil est moins fort, on va jouer au ballon ? »

« Oh oui j’en rêvais ! Mais n’oublions pas notre crème solaire ! Il faut être prudent ! Ah et avant d’oublier, je vais prendre une bouteille d’eau bien fraiche. »

Les deux amis partirent au parc, où la température était plus fraiche, et jouèrent jusqu’au coucher du soleil.

 

FIN

On s’rabote la couenne (Phase 2)

Lors d’un article précédent j’avais un peu parlé de MyFitnessPal, une application quIMG_2720i permet réellement de surveiller son alimentation et ainsi surveiller son poids.

 

J’ai déjà essayé cette application et elle fonctionne bien! Pour vous rassurer, je n’ai aucune part ou aucun intérêt à vanter les mérites de cette application magique (faut bien le dire).

 

Elle est disponible sous Android et sur iOs.

Etape 1: téléchargez-la.

Etape 2: Vous entrez dans l’application. On vous demande quelques petites informations comme votre poids (actuel et votre poids cible), votre taille, votre age, et surtout le nombre de kilos que vous souhaiteriez perdre par semaine. Ca peut aller de 200g à 1kg. En fonction de cela, on vous donne un nombre de calories alimentaires, à ne pas dépasser. Pour rappel un adulte a besoin en moyenne de 2000kcal par jour. Ce qui est pris en compte également c’est votre activité quotidienne. En gros est-ce que vous etes actif (ve) ou pas la journée.

Petit conseil, pour debuter ne prenez pas un objectif trop ambitieux, car vous risqueriez de ne pas pouvoir l’atteindre, de vous décourager et arrêter.

Petite astuce: Pour la première utilisation, prenez la journée de la veille et entrez les aliments que vous avez mangé. Du petit dej’ jusqu’au diner, en passant par les bonbons et biscuits avalés entre deux.. ou encore un apéro trop bien fourni: l’heure est de passer à la caisse. Et la.. c’est le drame vous vous rendez compte (en général) que sur une « journée type » vous avalez beaucoup trop de calories.

L’idée de cette application reste quand même (je le répète) de ne pas faire de régime où il faut manger QUE des haricots verts et griller des steaks de nuage. Loin de la!

On ne se restreint pas! on devient plus raisonnable.

En règle générale les proportions sont bien trop importantes. Le seul truc un peu pénible: c’est qu’il faut être rigoureux au début , car il faut peser les aliments. Eh oui.. mais croyez-moi le resultat est sans appel!

Lorsque vous commencez le premier jour: PESEZ-VOUS, prenez une photo de vous, et essayez un vetement TYPE dans lequel vous vous sentez un peu à l’étroit. Et c’est parti!

Je prends mon exemple, je suis un homme, début Janvier (le 04: jour de la rentrée), je pesais 90,4KG, et je mesure 1m68 (oui je sais je suis un golgoth) j’aimerais perdre environ 500g par semaine (à savoir que ca reste une estimation). Aujourd’hui nous sommes le 20 Février en montant sur la balance: je pese 84,4 Kgs.. J’ai pas fait maths spé, mais si je compte bien ca fait bien 6kgs de perdus. Ah oui et j’ai le droit à 1950Kcal alimentaires par jour. Je rentre toutes les semaines mon nouveau poids dans l’Appli.

Comment ai-je fait? Très simple. J’ai arrete de manger.. Non je plaisante.

J’ai donc fait attention à ce que je mange en commençant systématiquement par un bon et un vrai petit dejeuner. Quand on disait que c’était le repas de la journée le plus important.. eh bien c’est bien vrai!

Une journée type:

Exemple de Petit dejeuner:

  • 2 tranche de pain de seigle Carrefour 120g (de chez HEMA) :250Kcal
  • 2 tranches de Maasdam (Leader Price): 153 Kcal
  • 15g de rosette: 50Kcal
  • = 453 Kcal pour un petit dejeuner

Exemple de dejeuner:

  • Riz et legumes secs (Vivien Paille) 100g crus : 336 Kcal
  • Fondue echalote (Picard) 40g: 50Kcal
  • Steak Hache Carrefour 5% Pur boeuf 150g: 194Kcal
  • = 580 Kcal pour un dejeuner

Exemple de diner:

  • Filet de merlan (Picard): 100g: 80 Kcal
  • 1 CS Huile de Sesame, 5ml: 41Kal
  • Vermicelles de riz: 100g: 350Kcal
  • Crevettes: 100g (decortiquées): 80 Kcal
  • Ail frit: 1CS: 10Kcal
  • FIsh Sauce: 1CS: 15 Kcal
  • =576 Kcal pour un diner.
  • J’ai même pu prendre un apéro (Whisky Talisker 40ml: 102 Kcal et Pop Chips 20g: 90Kcal : 192 KCAL pour un apéro!

On fait les comptes: 453 + 580 + 576 + 192 = 1801 Kcal pour la journée. Et je n’ai pas compté le nombre de pas que j’ai effectué!

Bien entendu: l’alimentation est primordiale ca c’est un fait, mais il faut penser à se bouger! En ce moment suite à un claquage a la cuisse je ne peux pas faire de sport donc je dois faire attention a ce que je mange, et je privilégie la marche.

IMG_2717

Sceptique?

Au début c’est un peu lourd c’est vrai parce qu’il faut tout peser, mais ensuite on se rend compte de la proportion au fur et a mesure.

Un truc que j’ai essayé et qui fonctionne pas mal: c’est de limiter la viande. Manger plus de céréales (Boulghour, Quinoa, Riz..). Attention j’ai toujours le steak! je suis et reste un BeefLover.

Remplacez le riz par le riz complet, et les pates par des pâtes complètes. Plus digestes et remplies de fibres. Les fibres facilitent la digestion.

Bon en tout cas il faut simplement retenir, que ce n’est pas un régime draconien. Ca met juste en pleine face, la malbouffe , et les excès trop récurrents au quotidien. On ne se prive pas (la preuve,..) mais c’est juste qu’il faut se réguler voila tout, pour rattraper un exces par exemple.

En parlant d’exces, et pour vous rappeler que ce n’est pas un régime. Une ou deux fois par semaine, vous avez le droit à un Cheat Meal! WTF? C’est un repas de la triche comme son nom l’indique, mais mieux, vous pouvez manger absolument ce que vous voulez.. Un McDo bien gras ou un grec? Allez-y c’est permis! Ca permet d’une part de se faire plaisir et ensuite de tenir dans la durée votre ré-apprentissage d’alimentation.

N’oubliez pas notre corps brule des calories naturellement, le fait d’aller promener son chien, ou conduire, ou simplement marcher pour aller au boulot,.. un pas est un pas, comme une caloIMG_2718rie brulée est une calorie brulée! Oubliez les ascenseurs et profitez en pour faire des pas! prenez les escaliers! 🙂 A la fin de la journée, quand on fait les comptes, on « termine l’entrée » et on obtient par exemple ceci —————————>

Courage en tout cas! Si vous avez du mal à vous y mettre, sur Twitter envoyez-moi un message perso je vous communiquerai mon pseudo. Plus on est de fous plus on rit! Faut se soutenir!

 

A très bientot et bon rabotage de couenne!

 

Freezy

Il est temps de perdre de la laine

Bon.. Comme vous le savez, d’habitude je suis plus dans l’imagination d’histoires!

‘Pour une fois je n’invente rien et je ne raconte pas d’histoires!

Allez faut se le dire, le foie gras et le saumon ont été plutot présents sur la plupart de nos tables lors de ces deux dernières semaines. Pour avoir essayé.. Un régime de foie gras/saumon, bon ça marche pas hein..🙄

Mais en tant que mouton rempli d’idées et je sais que je ne suis pas le seul dans ce cas (enfin j’espère de tout coeur😶) j’avais envie de vous faire partager cette petite astuce.. Qui soit dit en passant requiert un minimum de motivation et un  soupçon de patience pour….(roulements de tambours….palamalamlamlamalamalam)

MyFitnessPal! J’annonce je n’ai aucune part ni quoi que ce soit.. On ne m’a pas promis des salades ou tout autre cadeau susceptible d’amadouer un mouton..

Toujours est-il que cette application Android / iOS dispo également en version web, permet de compter vos calories.. Ainsi que votre nombre de pas et vos exercices physiques! C’est assez bluffant.

Plutot sceptique au départ mais bon les pantalons et chemises serres m’ont vite convaincu. Il fallait que je perde du poids.. Ce n’était plus possible..

C’est assez simple à partir du moment où on a un minimum de motivation et de patience. L’idée est simple: tous les jours logiquement 3x par jour nous mangeons.. Ca c’est un secret pour personne. Du petit dej’ au dîner en passant au snack/goûter, il suffit de rentrer les aliments que vous venez de manger. Au début c’est rasoir je ne vous le cache pas mais en s’y efforçant un tout petit peu ça vaut le coup. En fait ce qui est pas mal c’est déjà de se rendre compte du nombre de calories que l’on peut ingurgiter par jour.. C’est assez affolant à vrai dire..

Chers personnes avec un surplus de BloupBloup c’est terminé! Même si la balance est plutôt modeste.. Vos vêtements ne se cachent pas pour vous montrer que vous perdez du bidou!

Comment ça marche en fait? 

Au debut on vous demande quelques renseignements (poids actuel, l’objectif voulu à savoir qu’un adulte a besoin par jour d’environ 2000kcal.. Pour exemple j’ai besoin de 1950kcal pour etre en forme.. En fonction de ce que vous mangez et de votre activité physique.. Le soir on fait la caisse!  Si vous ne dépassez votre objectif quotidien.. On vous donne un poids approximatif atteint d’ici 5 semaines si les efforts sont continus.. qui faut le dire (aussi) fait plutot plaisir!:)

j’ai essayé plusieurs « régimes » et franchement cette technique est efficace. Au delà de perdre du poids ca vous aide à mieux manger et surtout à vous réguler!

 

J’espère que ça va vous aider..en tout cas j’ai perdu 12kilos quand je l’ai essaye!

Oui je l’avoue on devient un Addict de la calorie.. Tant que ça fonctionne et qu’on est en bonne santé c’est le principal!

 

Faire ré attention à ce qu’on mange et se secouer le bas des reins ça aide à perdre de la laine.. Parole de mouton (et de son pantalon!)

A bientot

 

Moutonneusement

 

Freezy aux pays des Kiwis!

1ère Partie

Est ce que les gens qui habitent à l’autre bout du monde vivent à l’envers?
Freezy s’est posé la question plusieurs fois.. Est ce qu’ils terminent là journée par du soleil? Et ils mangent leur petit déjeuner le soir?
Il fallait en avoir le cœur net.

Valise préparée, laine brossée, et maison fermée à clef.. Billet en main (ou sabot) direction l’aéroport!

Freezy avait pris un avion tout noir avec une sorte de plume dessus..tiens tiens.

Le géant de fer qui vole comme un oiseau aussi libre que l’air, traverse les mers et océans et rapproche les gens du monde entier!
Pour la seconde fois, Freezy s’en va défier la partie basse du globe. Mais cette fois ci.. Il va dans le pays qui est le plus proche du Pôle Sud.. Autrement dit le pays qui est a l’opposé de sa maison. Ce pays qu’il va découvrir s’appelle la Nouvelle Zélande. C’est rigolo parce que l’on surnomme les habitants de cette île très lointaine, les Kiwis!
Rassurez-vous ce n’est pas une île remplie de fruits verts et poilus..
Le Kiwi est le symbole du pays car c’est le seul endroit au monde où il vit.
Mais c’est quoi un Kiwi au juste? c’est un oiseau qui ne vole pas! Il marche en faisant bouger ses fesses de gauche à droite et il a un très long bec!

Freezy notre mouton avait pris l’avion pendant plus de 20heures! Il était fatigué mais extrêmement content d’arriver sur les terres des Kiwis.

La Nouvelle Zélande est composée de deux îles.. L’une au dessus de l’autre.
Il arriva d’abord dans le sud de l’île. Il faisait beau et quand il sortit de l’avion il fut très surpris.. »Tiens les gens marchent à l’endroit.. » Un Kiwi s’approcha de lui « Welcome my friend! Welcome at home! ».
Tiens tiens les gens sont très amicaux ! Le kiwi lui avait dit en anglais « Bienvenue mon ami! Bienvenue à la maison! ».
Eh oui ce que Freezy ne savait pas c’est que la Nouvelle Zélande était le pays qui avait ,dans le monde entier, le plus grand nombre de …moutons! Il y en avait plus que tous les habitants réunis!
Dans certains endroits, ils se baladaient même de troupe en troupe sur les routes mais toujours accompagné d’un berger!
Freezy n’était pas au bout de ses surprises. Les découvertes ne font que commencer!
Le tour du pays allait être long mais sacrément surprenant…

Freezy, le mouton qui voulait devenir renne!

La période de Noël est un vrai moment de partage, de féérie….et de cadeaux.

Freezy, notre petit mouton, est assis sur son fauteuil marron chez lui, il lit quotidiennement son journal en buvant sa tasse de chocolat chaud. Il est en peignoir bleu au bord de sa fenêtre.

Ce matin-là, de la neige tombait flocon par flocon sur le toit et sur le bord de la fenêtre de notre héros laineux. Il se demandait bien comment faisait le Père Noel pour voyager aussi vite pour la distribution des cadeaux.

En lisant son journal, il vit une annonce qui disait que le Père Noel recherchait une personne en remplacement d’un renne qui était malade et qui ne pouvait pas faire la tournée de Noel.

Tout surpris, Freezy proposa son aide et envoya une lettre directement au Père Noel.

« Cher Père Noel, je suis un mouton noir qui sait écrire des histoires pour des enfants et parfois pour des adultes. J’aimerais bien un jour faire la tournée des cadeaux avec toi et faire équipe avec tes rennes. Je ne sais pas voler mais je peux m’entrainer à courir très vite! »

Une semaine plus tard, Freezy reçut une lettre venant de loin car l’enveloppe était glacée.

« Cher Freezy, je suis content d’avoir eu ta lettre, même si tu es un mouton qui ne sait pas voler, je suis sur que tu feras un bon compagnon! Les rennes sont impatients de travailler avec toi également.. Ils ont une surprise pour toi d’ailleurs. Je t’attends le 23 Décembre à mon adresse : 25 avenue des lutins joyeux, 2512 LAPONIE. N’oublie pas de venir avec des vêtements chauds. A très vite. Père Noel »

Notre mouton, excité comme une puce, prépara sa valise. Il prit 3 pulls, 2 gros pantalons, 1 écharpe, 1 bonnet et des chaussures avec de la fourrure qu’il avait créées avec sa propre laine! Il en avait trop et décida d’en faire des chaussures!

Il prit l’avion et décolla vers le nord direction: la Laponie!

Lorsque l’avion arriva , le paysage était tout blanc! Un ours polaire était devant l’aéroport et attendait le bus.. « Bonjour, je cherche la maison du Père Noel » demanda Freezy tout timide.

« Bonjour, eh bien la maison du Pere Noel si je ne me trompe pas est à quelques pattes d’ici.. il faut marcher jusqu’ à l’etoile brillante et tourner sur la droite. Mais le plus simple c’est de demander aux chiens de traineau..Il me semble qu’ils y vont deux fois par jour.. »

Freezy remercia le grand ours blanc et se dirigea vers les chiens qui ressemblaient à des loups. Ils étaient beaux. Ils avaient de grandes oreilles et avaient des yeux d’un bleu profond!

« Bonjour je cherche la mais.. » commença le mouton.. L’un des chiens lui coupa la parole « Ah vous êtes Freezy le mouton? Nous venons de la part du Père Noel pour vous récuperer. Je vous en prie, montez à bord et accrochez-vous. »

Le mouton posa sa valise sur le traineau et se cramponna fort car les chiens couraient très vite.

Une grande maison illuminée scintillait au loin. C’était donc là-bas, la maison du Père Noel.

DINNNG DOONNNG, le mouton sonna à la porte.. Il entendit des pas se rapprocher de la porte. Ce n’était pas le Père Noel mais un renne avec le bout du nez tout jaune « Bonjour! Entrez, entrez.. nous vous attendions.. Le père Noel est dans son garage, il répare son traineau ».

Le salon du Père Noel était rempli de cadeaux, il y en avait partout! c’était bien normal, la date de la tournée approchait.

Tous les rennes étaient dehors et s’étiraient les pattes car il fallait être en forme! Un renne s’approcha de notre héros. « Bienvenue Freezy! Merci de nous donner un coup de pattes, un de nos amis est malade. Il sera guéri mais après Noel et est très déçu de ne pas participer à la tournée. Voici un sac à dos, il est magique dirons-nous. Il faudra appuyer sur le bouton rouge mais uniquement lorsque tu seras dehors. »

Le mouton accepta le cadeau du renne en lui serrant la patte.

Le jour approcha Freezy était encore plus excité. Tous les cadeaux étaient dans la hotte du Père Noel. Les rennes étaient tous alignés. Il fallait juste fermer la porte de la maison du Père Noel et voila la troupe prête à partir!

Freezy était assis à côté de l’homme habillé de rouge sur le traineau, il avait son sac sur le dos.

« Appuie sur le bouton, maintenant! » crièrent tous les rennes.

 

Lorsqu’il appuya, une grande hélice sortit de son sac et notre mouton se mit à voler comme un oiseau! il volait a côté des rennes et participa à la tournée de Noel. Il passa même par la cheminée des maisons, sans rester coincé malgré sa laine bien fournie.

La tournée était terminée. Les enfants les plus sages avaient eu le droit à des cadeaux.C’était la règle pour le Père Noel!

Notre mouton repartit vers sa maison.. emportant avec lui une nouvelle aventure qui n’oubliera certainement jamais.

 

FIN